Skip to main content

L’art et la culture peuvent servir à parler de sujets important et grave. Le spectacle où tu vas décide de parler d’immigration et de la peur de l’étranger.

Où tu vas: résumé

Où tu vas c’est l’histoire de deux femmes que tout oppose en apparence. La première est chez elle, la seconde fuit son ancienne maison. Leur rencontre n’est pas aisé car les deux femmes ont peur. Elles vont se rejeter avant de petit à petit se découvrir.

Une mise en scène parfaite

Traité d’un sujet aussi sensible que l’immigration peut vite tomber dans la caricature et la critique facile. Dans où tu vas, rien de tout cela arrive. Déjà l’angle choisi par le texte est celui de la peur. La peur de l’étranger, de l’inconnu et aussi la peur qui force les gens à fuir.

Ensuite la mise en scène qui allie danse et théâtre est parfaite. Il n’y a pas de superflue. Chaque passage a été étudié pour faire passer un message. Cette mise en scène simple mais complexe habille le texte qui est lui plus enfantin voir naïf. Marion Bonneau qui signe le texte et la mise en scène a su allier des contraire qui en s’épousant atteigne leur but.

Un spectacle nécessaire

Il est difficile de parler d’immigration. C’est un sujet très clivant et qui divise. Ce spectacle grâce à l’angle choisit permet d’éviter cette division et nous invite à réfléchir sur la réalité humaine qu’il y a derrière des chiffres ou des mots communs. Le spectacle dénonce les paroles vite prononcer par des “on” qui ne connaissent pas la réalité des choses. Le texte aborde aussi les notions de préjugés et de peurs absurdes ( les étranges se laissent mourir sur les plages pour déranger les pas étrange). Mais attention, ce spectacle n’est pas moralisateur. Loin de là. Ce spectacle invite à la réflexion de chacun face à ces thématiques sans donner d’orientation au débat.

La fin est juste superbe quand on se rend compte que derrière des mots souvent vide de concept, il y a des humains qui sont pas si différent que ça.

Des comédiennes solaires

Je ne peux pas finir cette chroniques sans parler des comédiennes danseuses du spectacle. Mavikana Badinga et Delphine Galant portent le spectacle de bout en bout. Même si le texte et la mise en scène sont déjà des bijoux en soi, sans l’interprétation simple, juste et touchante des deux comédiennes le spectacle ne serait pas une réussite. Elles habillent le texte de mouvement souple et d’expression du visage et du corps qui bonifie encore plus l’action de la pièce. Elles apportent la justesse et la poésie qui permet au texte de devenir encore plus grand. Un grand bravo à elles pour leur interprétation.

Où tu vas: informations pratiques

Il faut voir se spectacle afin de se confronter à nos idées reçues. Pour cela vous pouvez vous rendre à l’espace Alya tous les jours à 11h40, relâche le 19 et 26 juillet.

Les chroniques des Noctambules

Durant tout le festival, je vous propose une chronique par jour pour découvrir une pièce que j’ai aimé. N’hésitez pas à vous abonner au blog afin de ne rater aucune chronique.
Si vous êtes une compagnie et que vous souhaitez que je viens voir votre spectacle vous pouvez me contacter ici.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.