Les chroniques des Noctambules

Les chroniques des Noctambules 2

By samedi 6 juillet 2019 No Comments

Les chroniques des Noctambules 2:

Paulina

 

Pour ces chroniques des Noctambules 2, je vais vous parler d’un véritable coup de cœur: Paulina.

C’est un spectacle qui est tiré d’un texte adapté de 2 la maison de la force 2 d’Angelica Liddell.

Un sujet difficile

On va pas se mentir. Quand j’ai vu un spectacle sur la violence faites aux femmes, j’ai été plus que réticent. Ce sujet est extrêmement d’actualité. Le matin après avoir vu la pièce, on apprenait qu’une 71 ième femme depuis le début de l’année avait été tuée par son compagnon.

Donc je n’avais pas envie de me confronter à ce sujet et j’avais très peur de me retrouver dans une pièce où la violence serait plus exprimée que expliquée.

Je me suis complètement trompé et cette pièce est absolument à voir.

Un texte intelligent

Le texte est un des éléments essentiels de ce spectacle. Il a été écrit avec beaucoup d’intelligence. On est pas là pour voir de la violence, ce n’est pas le journal de 20h. Non. Le texte donne la parole aux victimes. Elément souvent oublié dans les histoires de violence conjugale. Nous somme face à une femme avec ses rêves, ses doutes. Elle nous explique comment la violence arrive petit à petit. Sournoisement, par des petites phrases. L’oppresseur ponctue ses insultes, ses humiliations par des phrases d’amour. Et Paulina nous explique qu’elle reste pour ces petits moments de joie. Qu’il faut qu’elle s’efface de plus en plus pour avoir sa dose de bonheur.

Et c’est la qu’on tombe dans l’horreur et que le spectacle nous ramène à la réalité. Une liste de noms, nous amène au Mexique. La bas, la violence s’ajoute à la pauvreté.

Une actrice extraordinaire

Un beau texte ne suffit pas pour avoir un beau spectacle. Il faut une personne qui l’incarne. Et là, je dois dire que Clémence Caillouel est juste impressionnante dans ce rôle.

Elle est déjà présente sur scène quand le public rentre. Paulina déambule. Elle dérange. On la prend pour une folle.

Le spectacle commence est elle devient attachante, troublante. Elle nous raconte tout sans pudeur. On devient les complices de son mal être.

Elle a les yeux pleins de larmes, on est avec elle, on peut pas la laisser.

Clémence Caillouel est faite pour ce rôle.

Conclusion:

Ce spectacle est à mettre entre toutes les mains. Les gens qui ont des préjugés comme les autres. On ressort perturbé mais grandi. Vous n’oublierez pas ce spectacle. Il vous hantera. Courrez y.

 

Paulina du 5 au 28 juillet à 22h00 au Sham’s théâtre. Relâche 8,15, 22 juillet

 

Si les chroniques des Noctambules 2 vous ont plu n’hésitez pas à vous abonner à la page Facebook pour ne rien manquer

Vous pouvez retrouver toutes les chroniques et d’autres informations sur Avignon sur le blog

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.