Les chroniques des Noctambules

Les chroniques des noctambules 7: 68 mon amour

By vendredi 12 juillet 2019 No Comments

Pour les chroniques des Noctambules 7, je vais vous parler de 68 mon amour.

Un spectacle qui parle de mai 68 et de ses conséquences sur la vision de la société.

Mais 68 mais pas que

On va être honnête la thématique de mai 68 ne m’a pas emballé au premier abord. L’année dernière, j’avais vu un spectacle sur le départ de de Gaulle de Paris. Ce dernier était très bien. Donc je suis allé un peu à reculons voir 68 mon amour.

Je suis content de mettre forcer. Ce spectacle apporte un regard neuf sur cette période historique. Donc oui il parle de mai 68 et du déclencheur de la révolte. Mais l’intelligence du texte est de nous parler de notre quotidien. Il y a une mise en perspective des attentes des jeunes de mai 68 et le quotidien actuelle.

 

Un texte politique mais pas que

Ce spectacle est un spectacle politique. Mais pas dans le sens électoral du terme. Plutôt dans son sens noble, celui de l’organisation de la cité. On parle du bonheur et comment y arriver. Le texte fait le lien aussi avec ce qui s’est passé dernièrement dans le pays.

C’est aussi une critique des conséquences de mai 68 et surtout le après mai 68. C’est un texte sans concession qui regarde l’histoire de manière cru.

Un spectacle touchant et très moderne

Mais ce n’est pas qu’un texte politique. Le personnage principal nous parle aussi de la découverte de l’autre. C’est aussi le moment pour lui de s’éveiller à l’amour. Le spectacle prend un tournant plus intime plus introspectif. On comprend que le norme imposé à l’époque rendait la découverte de l’autre compliqué. Et puis, mai 68 est arrivé et les codes étaient à réécrire.

Quand le spectacle devient intime Ludovic Salvador l’accompagne avec douceur et justesse.

 

Conclusion:

C’est un spectacle qui donne les clefs pour comprendre la période de mai 68. Mais c’est aussi un spectacle pour comprendre la jeunesse de l’époque. Enfin, il nous fait réfléchir sur nos conditions de vie et l’évolution de la société.

C’est un spectacle sans concession qui nous permet d’en sortir grandi.

 

68 mon amour 5 au 28 juillet à 15h15 au théâtre la croisée des chemins. Relâche 8,15, 22 juillet

 

Les chroniques des Noctambules c’est chaque jour un critique d’un spectacle qui m’a plu.

Si vous avez aimé les chroniques des Noctambules 7 n’hésitez pas à vous abonner à la page Facebook pour ne rien manquer

Vous pouvez retrouver toutes les chroniques et d’autres informations sur Avignon sur le blog.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.